Lieu de travail

Surveillance du bruit sur le lieu de travail

La surveillance du bruit sur le lieu de travail est l’un des risques les plus négligés sur le lieu de travail. Ignorer ce danger peut entraîner des amendes ou des poursuites de la part d’organisations comme le HSE au Royaume-Uni.

N’hésitez pas à nous contacter !

Utilisez le formulaire ci-dessous pour contacter nos experts en bruit sur le lieu de travail

La surveillance du bruit sur le lieu de travail est l’un des risques les plus négligés sur le lieu de travail. Ignorer ce danger peut entraîner des amendes ou des poursuites de la part d’organisations comme le HSE au Royaume-Uni. Vous êtes également ouvert à une action de la part d’avocats spécialisés en dommages corporels qui cherchent à obtenir une indemnisation pour les réclamations pour perte auditive induite par le bruit.

 

Pourquoi? L’exposition à des niveaux de bruit excessifs peut entraîner une perte auditive ou des acouphènes induits par le bruit. Les dommages auditifs sont irréversibles, il est donc essentiel de vous assurer que vous protégez vos employés et votre entreprise.

 

Effectuer une évaluation des risques liés au bruit peut sembler une tâche importante au début. C’est pourquoi Cirrus Research est là pour vous aider à trouver des réponses à des problèmes courants tels que « Ai-je un problème de bruit ? » et « Qu’est-ce que le Règlement m’oblige à faire ? »

Dans le cadre de votre activité de surveillance du bruit sur le lieu de travail, vous devez effectuer régulièrement des évaluations des risques liés au bruit et prendre des mesures pour réduire l’exposition excessive au bruit.

 

Cirrus Research est là pour vous aider à chaque étape du processus, du choix du sonomètre ou du dosimètre de bruit approprié à la fourniture d’un soutien continu. Tous nos équipements de mesure du bruit sont conformes à la réglementation sur le bruit au travail, ce qui garantit que vous prenez des mesures précises.

Voici quelques conseils pour mesurer les évaluations du bruit sur le lieu de travail au Royaume-Uni :

 

  1. Identifier les sources de bruit : Commencez par identifier les sources de bruit dans votre lieu de travail. Cela vous aidera à déterminer quelles zones ou quels processus nécessitent une mesure.
  2. Déterminer les emplacements de mesure : Une fois que vous avez identifié les sources de bruit, déterminez où prendre les mesures. Cela implique généralement de placer des sonomètres à différents endroits sur le lieu de travail.
  3. Mesurer les niveaux de bruit : Prendre des mesures à l’aide de sonomètres aux endroits déterminés. S’assurer que les mesures sont prises dans des conditions de travail normales.
  4. Calculer les niveaux de bruit moyens : Calculez les niveaux de bruit moyens pour chaque emplacement de mesure sur une période donnée, par exemple une journée de travail de 8 heures. Vous pouvez utiliser un sonomètre intégré tel que l’Optimus+ Red pour vous aider.
  5. Comparez les niveaux de bruit avec les limites d’exposition : Comparer les niveaux de bruit moyens avec les limites d’exposition spécifiées dans le Règlement de 2005 sur le contrôle du bruit au travail. Si les niveaux de bruit dépassent ces limites, vous devrez prendre des mesures pour réduire l’exposition des employés au bruit.
  6. Consigner et rendre compte des constatations : Enregistrez vos conclusions et signalez-les aux personnes appropriées au sein de votre organisation. Cela permettra de s’assurer que les mesures nécessaires sont prises pour réduire les niveaux de bruit sur le lieu de travail et protéger la santé des employés.
  7. Examiner et mettre à jour régulièrement les évaluations du bruit : Les évaluations du bruit devraient être revues et mises à jour régulièrement pour s’assurer que les niveaux de bruit restent dans des limites acceptables et que de nouvelles sources de bruit sont identifiées et traitées.

 

N’oubliez pas que les évaluations du bruit en milieu de travail sont essentielles pour protéger la santé et le bien-être des employés. En suivant ces conseils, vous pouvez vous assurer que vos évaluations du bruit sur le lieu de travail sont précises, fiables et efficaces.

Nous vous recommandons

Surveillance du bruit sur le lieu de travail

Choisissez nos instruments recommandés pour la surveillance du bruit sur le lieu de travail
Personal Noise Dosimeter
doseBadge5

The advanced doseBadge5  personal noise dosimeter offers an enhanced analysis of noise levels and noise frequencies for the ultimate protection against noise in the workplace.

Conforme aux normes CEI et ANSI
Application dBLink associée pour un fonctionnement Bluetooth sans fil
Bandes d’octave 1 :1 pour le calcul de la protection auditive
Minuteries de mesure programmées pour réduire les erreurs
Noise at Work Sound Level Meter
Optimus+ Rouge

Available as a Class 1 or Class 2 instrument, the Optimus+ Red integrating sound level meter is ideal for occupational noise exposure assessments in the workplace.

Conforme à la norme CEI 61672-1 :2013
Enregistrement de notes audio VoiceTag
Intégration d’un sonomètre pour l’évaluation professionnelle
Jusqu’à 32 Go de mémoire pour des mesures sophistiquées
Noise-activated Warning Sign
Panneau d’avertissement SoundSign

The SoundSign is a noise-activated warning sign for use in environments where you need to warn your employees that a preset noise level has been reached.

Écran LED lumineux pour alerter les employés
Disponible en plusieurs langues et designs
Niveaux de déclenchement sélectionnables par l’utilisateur de 40 dB(A) à 114 dB(A)
Enregistreur de données en option pour enregistrer les niveaux de bruit
Foire aux questions (

En savoir plus sur la surveillance du bruit sur le lieu de travail

Si vous souhaitez en savoir plus, notre équipe d’experts en bruit sur le lieu de travail se fera un plaisir de vous aider

Que vous ayez ou non un problème de bruit au travail dépendra de l’intensité du bruit et de la durée pendant laquelle vous y êtes exposé.

L’exposition au bruit est une combinaison de niveau et de temps et il est tout aussi important de tenir compte de ces deux éléments. C’est pourquoi les instruments de mesure du bruit que nous utilisons mesurent le bruit en termes de moyenne pondérée dans le temps, connue sous le nom de Leq.

À titre indicatif, vous devrez probablement faire quelque chose contre le bruit si l’une des situations suivantes s’applique :

  • Le bruit est-il intrusif – comme une rue animée, un aspirateur ou un restaurant bondé – pendant la majeure partie de la journée de travail ?
  • Travaillez-vous dans une industrie bruyante, par exemple la construction, la démolition ou la réparation de routes ; Bois; la plasturgie ; ingénierie; fabrication de textiles ; fabrication générale ; forgeage, pressage ou estampage ; fabrication de papier ou de carton ; la mise en conserve ou l’embouteillage ; Fonderies?
  • Les employés utilisent-ils des outils ou des machines électriques bruyants pendant plus d’une demi-heure par jour ?
  • Y a-t-il des bruits dus à des impacts (tels que des coups de marteau, des forges, des outils pneumatiques à percussion, etc.), des sources explosives telles que des outils à cartouche, des détonateurs ou des armes à feu ?

 

Vous pouvez également effectuer quelques vérifications rapides en écoutant le bruit et en observant comment vos employés communiquent entre eux :

  • Les employés sont-ils exposés à des niveaux de bruit qui les obligent à crier pour parler à quelqu’un à 1 m de distance ? Le niveau sonore est probablement supérieur à 90 dB.
  • Les employés sont-ils exposés à des niveaux de bruit qui les obligent à court-circuiter pour parler à quelqu’un à environ 1 m de distance ? Le niveau de bruit ici est probablement supérieur à 85 dB.
  • Les employés doivent-ils élever la voix pour mener une conversation normale lorsqu’ils sont à environ 2 mètres l’un de l’autre pendant au moins une partie de la journée de travail ? Le niveau de bruit ici est probablement supérieur à 80 dB.

Le Règlement de 2005 sur le contrôle du bruit au travail exige des employeurs qu’ils préviennent ou réduisent les risques pour la santé et la sécurité liés à l’exposition au bruit au travail. Les employés ont également des obligations en vertu du Règlement. Le Règlement exige que vous, en tant qu’employeur, :

  • Évaluez les risques pour vos employés liés au bruit au travail
  • Prendre des mesures pour réduire l’exposition au bruit qui produit ces risques
  • Fournissez à vos employés une protection auditive si vous ne pouvez pas réduire suffisamment l’exposition au bruit en utilisant d’autres méthodes
  • Assurez-vous que les limites légales d’exposition au bruit ne sont pas dépassées
  • Fournir à vos employés de l’information, des instructions et de la formation
  • Effectuer une surveillance de la santé lorsqu’il existe un risque pour la santé.

 

Le Règlement ne s’applique pas :

  • les membres du public exposés au bruit provenant de leurs activités non professionnelles ou faisant un choix éclairé d’aller dans des endroits bruyants;
  • bruit de faible intensité qui est une nuisance mais ne présente aucun risque de dommages auditifs.

 

Les employeurs des secteurs de la musique et du divertissement avaient jusqu’au 6 avril 2008 pour se conformer au Règlement de 2005 sur le bruit. Ils devaient continuer à se conformer au Règlement de 1989 sur le bruit au travail, que le Règlement de 2005 a remplacé pour tous les autres lieux de travail.

Le Règlement sur le bruit exige que vous preniez des mesures spécifiques à certaines valeurs d’intervention. Il s’agit de:

  • les niveaux d’exposition au bruit de vos employés calculés en moyenne sur une journée ou une semaine de travail; et
  • le bruit maximal (pression acoustique de pointe) auquel les employés sont exposés au cours d’une journée de travail.

 

Les valeurs sont les suivantes :

  • Valeurs d’exposition inférieures déclenchant l’action :
    • exposition quotidienne au LEP,d ou hebdomadaire à 80 dB;
    • pression acoustique de crête (LCPeak) de 135 dB;
  • Valeurs supérieures d’exposition déclenchant l’action :
    • exposition quotidienne au LEP,d ou hebdomadaire à 85 dB;
    • pression acoustique de crête (LCPeak) de 137 dB.

 

Il existe également des niveaux d’exposition au bruit qui ne doivent pas être dépassés. C’est ce qu’on appelle les valeurs limites d’exposition. Les valeurs limites d’exposition sont les suivantes :

  • exposition quotidienne au LEP,d ou hebdomadaire à 87 dB;
  • pression acoustique de crête de (LCPeak) 140 dB.

Lorsque les salariés sont susceptibles d’être exposés au bruit à une valeur d’exposition inférieure ou supérieure, l’employeur doit procéder à une « évaluation appropriée et suffisante » du risque que le bruit présente pour la santé et la sécurité de ces salariés.

Une évaluation sera appropriée et suffisante si elle :

  • a) a été rédigé par une personne compétente pour effectuer la tâche
  • b) est fondée sur des conseils et des informations provenant de sources compétentes
  • c) identifie les endroits où il peut y avoir un risque lié au bruit et les personnes susceptibles d’être affectées
  • d) contient une estimation fiable de l’exposition au bruit de vos employés et une comparaison de l’exposition avec les valeurs d’action d’exposition et les valeurs limites
  • e) identifie les mesures nécessaires pour éliminer les risques et les expositions ou les réduire à un niveau aussi bas que raisonnablement possible
  • f) identifie les employés qui doivent faire l’objet d’une surveillance de la santé et détermine si certains d’entre eux présentent un risque particulier

 

L’employeur doit également préparer un plan d’action, ainsi qu’un échéancier réaliste pour la mise en œuvre de ces contrôles.

Enfin, l’évaluation des risques est réexaminée lorsqu’il y a des raisons de soupçonner qu’elle n’est plus valable. Par exemple, il peut y avoir eu un changement important dans le travail auquel l’évaluation se rapporte, de nouvelles machines bruyantes installées, des habitudes de travail modifiées, etc.

D’une manière générale, les responsabilités/contrôles requis pour les différentes valeurs d’action d’exposition et valeurs limites sont les suivants :

A) Si les employés sont exposés à des niveaux de bruit égaux ou supérieurs à la valeur d’action d’exposition inférieure (sans tenir compte de la protection auditive) :

  • Des protecteurs auditifs appropriés doivent être mis à disposition
  • l’information et la formation doivent être fournies
  • La surveillance de la santé devrait être assurée lorsqu’il existe un risque pour la santé

 

B) Si les employés sont exposés à des niveaux de bruit égaux ou supérieurs à la valeur d’action d’exposition supérieure (sans tenir compte de la protection de l’ouïe) :

  • un programme de mesures techniques et/ou organisationnelles visant à réduire l’exposition au bruit doit être établi et mis en œuvre (ces mesures ne peuvent inclure la protection de l’ouïe)
  • le marquage, la délimitation et la restriction de l’accès aux zones sont nécessaires ; c.-à-d. la désignation de zones de protection de l’ouïe
  • La fourniture et l’utilisation de protecteurs auditifs sont obligatoires
  • La surveillance de la santé doit être assurée
  • l’information et la formation doivent être fournies

 

C) L’employeur ne doit pas permettre qu’un salarié soit exposé au-delà des valeurs limites d’exposition (NB en tenant compte de la protection de l’ouïe). Si ces valeurs sont dépassées :

  • Des mesures immédiates sont nécessaires pour réduire l’exposition
  • les raisons de la surexposition doivent être abordées en réexaminant le programme de mesures de contrôle ; c’est-à-dire les contrôles techniques et organisationnels
  • l’adéquation de toute protection auditive fournie et des systèmes en place pour s’assurer que les mesures de lutte contre le bruit et les protections auditives sont pleinement et correctement utilisées et entretenues.

« Lorsque vous effectuez des mesures pour estimer l’exposition au bruit d’une personne au travail, vous devez déterminer le niveau de pression acoustique continu équivalent pondéré A (LAeq) qui représente le bruit auquel la personne est exposée pendant la journée de travail. Vous devez également déterminer le ou les niveaux de pression acoustique de crête maximaux pondérés C auxquels la personne est exposée.

Les seuils d’intervention décrits dans le règlement sont donnés sous forme de valeurs d’exposition quotidiennes (LEP,d) ou hebdomadaires (LEP,w) ainsi que de niveaux de pression acoustique de pointe, tous en dB. Un sonomètre ne peut pas mesurer directement LEP,d ou LEP,w car ceux-ci sont calculés à partir de deux autres paramètres qui sont enregistrés pendant la mesure. Il s’agit de :

  • Le niveau de pression acoustique continu équivalent pondéré A en décibels qui représente le son auquel la personne est exposée pendant la journée de travail. Ceci est communément appelé le Leq et peut être affiché comme LAeq ou LAeq,t
  • La durée sur laquelle le Leq est mesuré

 

Avec ces informations, vous pouvez calculer le LEP,d en utilisant la formule donnée dans le Règlement sur le bruit au travail (annexe 1, partie 1, paragraphe 1). Vous devez également mesurer le niveau maximal de pression acoustique de crête pondéré C :

  • Cela sera généralement affiché sur votre sonomètre sous la forme Peak(C) dB ou LCPeak
  • Conformément à la réglementation, cela doit toujours être mesuré avec la pondération C

 

Avec ces deux mesures pour chaque activité différente à évaluer, vous pouvez calculer les valeurs LEP,d et, le cas échéant, LEP,w.

Si vous devez fournir un EPI ou une protection auditive, vous devrez peut-être également enregistrer des valeurs supplémentaires telles que le Leq pondéré C (LCeq) ou le Leq du bruit dans les bandes d’octave. Cette information peut être utilisée pour évaluer l’efficacité des protections auditives.

Les sonomètres Optimus Red peuvent fournir ces fonctions en plus des valeurs de crête pondérées LAeq et C.

La façon dont vous effectuez ces mesures dépend de différents facteurs, mais dans la plupart des cas, les mesures de bruit sont effectuées soit avec un sonomètre tel que l’Optimus Red , soit avec un dosimètre de bruit personnel tel que le doseBadge.

Sonomètres

Votre sonomètre doit :

  • Au minimum, être capable de mesurer
    • Niveau de pression acoustique continu équivalent (LAeq)
    • Pression acoustique de crête pondérée C (LCPeak)
  • Être éventuellement capable de mesurer
    • Leq pesé C pour la sélection de l’EPI à l’aide de la méthode HML
    • Valeurs de Leq de bande d’octave pour la sélection de l’EPI à l’aide de la méthode de la bande d’octave
  • Satisfaire au moins aux exigences de
    • Classe 2 de la norme BS EN 61672-1:2003 (la norme actuelle pour les sonomètres ou
    • Type 2 de la norme BS EN 60804:2001 (ancienne norme)

 

Vous devriez être en mesure d’étalonner votre sonomètre à l’aide d’un calibrateur acoustique qui répond aux exigences d’au moins la classe 2 de la norme BS EN 60942:2003.

Pour vous assurer que votre équipement est correctement étalonné, vous ne devez pas utiliser un sonomètre et un calibrateur acoustique de différents fabricants, sauf si vous avez des informations et des instructions très spécifiques sur la façon dont ces deux unités fonctionneront ensemble. Il est possible de créer de grandes erreurs dans le niveau d’étalonnage qui doivent être évitées dans la mesure du possible.

Les sonomètres Optimus Red fourniront toutes ces fonctions et sont l’outil ultime pour les mesures de bruit au travail.

Dosimètres de bruit ou sonomètres personnels

Un dosmètre de bruit peut être très utile pour mesurer l’exposition au bruit des travailleurs qui sont mobiles, qui conduisent des véhicules, qui travaillent dans des environnements où l’accès est difficile ou où leur rythme de travail varie considérablement et peut être difficile à prévoir. Un dosimètre de bruit doit :

  • mesurer les valeurs LAeq et LCPeak sur la mesure
  • être étalonné de la même manière qu’un sonomètre avant, et idéalement après, chaque mesure
  • satisfaire aux exigences de la norme BS EN 61252:1997 (Notez que les dosimètres de bruit n’ont pas de numéro de classe ou de type)

 

Le doseBadge est le dosimètre de bruit idéal pour ce type de mesures de bruit.

Calibrateurs acoustiques

Un calibrateur acoustique doit être utilisé pour vérifier le compteur chaque jour avant et après toute mesure. Un calibrateur acoustique générera une tonalité à un niveau et une fréquence spécifiés pour un microphone spécifié.

C’est la raison pour laquelle vous ne devriez pas utiliser un calibrateur acoustique et un sonomètre de différents fabricants sans des informations très détaillées et spécifiques. Certains sonomètres peuvent avoir un étalonnage électrique interne. Sachez que ce type d’étalonnage ne vérifie pas la capsule du microphone qui est la partie la plus souvent endommagée d’un sonomètre.

Votre calibrateur acoustique doit répondre au moins à la classe 2 de la norme BS EN 60942:2003. Nous recommandons un calibrateur acoustique CR:514 classe 2 à utiliser avec nos sonomètres optimus de classe 2 et le calibrateur acoustique CR:515 classe 1 à utiliser avec nos sonomètres optimus de classe 1.

L’unité de lecture fournie avec le doseBadge est équipée d’un calibrateur acoustique qui répond à ces spécifications.

La directive 2003/10/CE sur le bruit au travail est officiellement connue sous le nom de « Directive 2003/10/CE du Parlement européen et du Conseil du 6 février 2003 concernant les prescriptions minimales de santé et de sécurité relatives à l’exposition des travailleurs aux risques résultant d’agents physiques (bruit) ».

Dans la directive, les valeurs limites et d’action suivantes sont définies :

  • a) valeurs limites d’exposition : LEX,8h = 87 dB(A) et LCpeak = 200 Pa respectivement ;
  • b) valeurs d’action d’exposition supérieures : LEX,8h = 85 dB(A) et LCpeak = 140 Pa respectivement ;
  • (c) valeurs d’action d’exposition inférieures : LEX,8h = 80 dB(A) et LCpeak = 112 Pa respectivement.

 

Où:

Le niveau d’exposition au bruit journalier (LEX,8h) est le niveau moyen d’exposition au bruit pour une journée de travail nominale de 8 heures tel que défini par la norme ISO 1999

La pression acoustique de crête (LCpeak) est la valeur maximale de la pression de bruit instantanée pondérée par la fréquence ‘C’.

Les États membres doivent se conformer à la présente directive avant le 15 février 2006. Toutefois, une période supplémentaire de cinq ans peut être fixée au 15 février 2006 en ce qui concerne les valeurs limites pour le personnel à bord des navires de mer. Et pour les secteurs de la musique et du divertissement.

Les États membres disposent d’une période transitoire maximale de deux ans à compter du 15 février 2006 (soit cinq ans au total) pour se conformer à la présente directive, à condition que, dans l’intervalle, les niveaux de protection déjà atteints soient maintenus.

À partir d’août 1981, les normes d’exposition au bruit de l’OSHA consistent en un programme en deux étapes où les mesures de protection de l’ouïe deviennent obligatoires à 85 dBA pour une journée de 8 heures, mais des contrôles techniques ou administratifs du bruit réalisables sont nécessaires lorsque les expositions dépassent 90 dBA.

Programmes de protection de l’ouïe – comprennent des tests audiométriques annuels et la fourniture de protecteurs auditifs.

Contrôles techniques – comprennent la réduction du bruit de la machinerie par une nouvelle conception, le remplacement par un équipement plus silencieux ou la réduction de la transmission du bruit le long du trajet de la source au récepteur.

Contrôles administratifs – comprennent la réduction de l’exposition au bruit en limitant le temps d’exposition d’un employé à des niveaux de bruit donnés.

Articles connexes

Pour en savoir plus sur la surveillance du bruit sur le lieu de travail

Image link
Livres électroniques

Guide de terminologie du bruit en milieu de travail

Image link
Livres électroniques

5 plus grandes erreurs de bruit au travail (et comment les corriger)

Image link
Bruit et vibrations

La réglementation sur le contrôle du bruit au travail : qu’est-ce que cela signifie ?